La sonde Lambda

La sonde Lambda

La sonde Lambda à été élaborée par Bosch dès le début des années 1960 ,elle est aujourd’hui présente sur 90 % des motos de série à injection.

Le corps de la sonde est constitué d’un corps poreux en Zirconia, de deux électrodes en platines et d’un élément de chauffage.

Son emplacement est précis,en amont du catalyseur car il conditionne l’efficacité de la mesure réalisée. La sonde ne transmet un signal correct qu’à partir de 350 °C, c’est la raison pour laquelle celle-ci dispose d’un élément chauffant.

Le principe de fonctionnement de la sonde repose sur la mesure d’un courant formé par le passage d’ions négatifs (résultant du processus d’ionisation associé à la combustion de dioxygène) à travers le corps poreux de la sonde, dont une face est exposée aux gaz d’échappement et l’autre à l’air ambiant.

La tension fournie par la sonde n’est pas constante, elle oscille entre deux seuils et le calculateur la compare à une tension de référence. La forme globale du signal est une sinusoïdale.

 Ces mesures donnent la possibilité à l’ecu de déterminer la quantité de carburant à injecter ou le temps d’injection pour se rapprocher du dosage stœchiométrique (14,7 gr d’air pour 1 gr d’essence) dans le but de limiter les émissions polluantes ainsi que la consommation au détriment de la performance.

Sur la majorité des motos actuelles cette sonde ne corrige que sur une certaine plage d’utilisation, en général dans les bas régimes et à faible ouverture de gaz . On appelle cette phase le bouclage Lambda.

Le bouclage Lambda occasionne des problèmes d’ accoups sur le filet de gaz en régime stabilisé ainsi que des détonations à la décélération dues à un AFR (ratio air-essence) trop élevé.

Lorsque le catalyseur n'est plus présent il est recommandé de désactiver le bouclage lambda sauf dans certains cas où la cible de correction pourra etre modifiée.

En dehors de la phase dite de « bouclage Lambda »  la quantité d’essence à injecter est déterminée par les données directement écrites dans l’ecu; c’est alors que l’expérience du préparateur prend tout son sens…